Le mensuel protestant réformé évangélique
Demo

article 03

Actualité nationale

Au sommaire de l’actu nationale
- Soutien à l’éducation des enfants en Haïti
- Les protestants, réunis au Désert, invitent à l’espérance
- Un synode qui écrit des lettres…
- Une grande passion pour Jésus !
- Missionnaires !
- Un synode sur le thème de la transmission

Missionnaires !

J’étais très excité à l’idée d’entreprendre ce voyage missionnaire au Sénégal. Il y avait tout d’abord la joie d’apporter ma contribution au développement de l’Afrique qui m’est si chère.

En effet, je crois vraiment que l’Évangile de Jésus-Christ est le ferment de tout vrai développement. En remettant Dieu et le salut qu’il nous octroie en Jésus-Christ dans l’équation de la vie, il permet que la personne humaine et son bien deviennent vraiment les raisons d’être des actions économiques, financières, politiques et sociales... Je crois que le message de l’Évangile redonne toute sa dignité à l’homme, ce dont le Sénégal et l’Afrique (tout comme la France et avec elle l’Europe et le monde) ont désespérément besoin. L’autre raison de mon excitation était que j’étais un peu intrigué, je l’avoue, par le fait que j’allais y rencontrer non pas juste des chrétiens africains  - ce qui en soi pouvait suffire - mais des chrétiens africains réformés évangéliques. Si les églises réformées sont plus communes dans les pays anglophones, c’est nettement plus rare en Afrique francophone, où l’on trouve plutôt des évangéliques baptistes, pentecôtistes et autres charismatiques...Les pasteurs ont bien ri quand je leur ai dit que j’étais content de voir « une espèce rare ». 

Ce qui était aussi missionnaire dans ce voyage, c’était le fait que j’y allais dans le cadre de l’un des projets missionnaires de notre Union : la formation continue de pasteurs et responsables de l’Église Presbytérienne du Sénégal. Je m’y rendais pour la première fois, avec le pasteur Bill Johnson et à la suite du pasteur Charles Nicolas. Je devais y donner un cours de théologie durant une semaine, à un groupe d’une douzaine de pasteurs locaux. Quel défi pour moi ! Bien sûr, le séjour a été riche des personnes que j’y ai rencontrées. Des gens simples et d’une pauvreté digne, si j’ose dire : l’un des pasteurs a fait plusieurs dizaines de km en charrette pour venir au centre où se déroulait la formation. Je l’observais chaque jour quand il prenait soin de son cheval avec une tendresse perceptible. Cet animal était aussi le moyen de subsistance de sa famille. Avec son attelage, il faisait le taxi pour ceux qui désiraient aller d’un village à un autre… Les cours que j’ai donnés portaient sur le culte et l’adoration. Pour vous en dire un mot : le culte a pour préoccupation centrale d’annoncer par tous ses aspects le message de l’Évangile. C’est un temps « suspendu » entre Ciel et terre dans lequel le Christ nous rend la présence du Père effective par l’action mystérieuse du St Esprit. C’est pour cela que le culte est aussi le lieu où Dieu fait son œuvre de transformation en ceux qui vivent ce rendez-vous dominical par la foi. Le culte-adoration se déploie alors par son prolongement dans une vie entière vécue comme un service pour Dieu dans le monde. Notre forme liturgique n’a donc d’autre ambition que de dire et redire cette Bonne Nouvelle au service de laquelle elle se met. Pour que cela porte du fruit dans nos rassemblements cette ambition doit être humble, joyeuse et convaincue. J’ai pris énormément de plaisir à préparer ce cours, puis à le donner. Nous sentions chez ces pasteurs une vraie soif de savoir. Loin de toute suffisance ils recevaient favorablement d’être enseignés par un pair à qui ils auraient sûrement eux-mêmes eu beaucoup de choses à apprendre…

 

Retrouvez nous sur Facebook

Abonnez vous

Je m'abonne
à nuance

Toute l'actualité des églises réformées évangéliques à partir de 30€ par an.

Contactez nous

Nuance Publications
74, rue Henri-Revoil
30900 Nîmes

Président et directeur de publication :
Paul-Aimé Landes
04 66 77 20 58