Le mensuel protestant réformé évangélique
Demo

article 03

Actualité nationale

Au sommaire de l’actu nationale
- Promesses de Fête !
- L’Église est le maquis du monde
- Un pas en avant pour le Sénégal et l’UNEPREF
- Mort, où est ta victoire, où est ton aiguillon ?



L’Église est le maquis du monde

Le « Projet Solidarité UNEPREF-Sénégal » a été présenté au synode national le 12 mai à Montauban. Le vote positif pour accorder un soutien par la prière et un financement a été vécu comme un grand encouragement et une sorte d’envoi de la famille UNEPREF. Bill Johnson a apporté l’expérience de deux voyages antérieurs parmi les pasteurs presbytériens Sénégalais ; Charles Nicolas a apporté l’expérience de trois voyages d’enseignement au Burkina Faso. Leur but était d’apporter un enseignement et de vivre des échanges auprès des pasteurs, mais aussi d’apprendre de leur témoignage et expérience.

C’est la vie normale de chaque chrétien, mais aussi de chaque église ou Union d’églises que d’être soutenu et de soutenir à son tour.

Un extrait du discours de François Clavairoly, à l’occasion du Colloque « Protestantisme, convictions et engagements » des 22 et 23 septembre et en présence du Président de la République.

Quel anniversaire ! Et une question : L’Europe et la France seraient-elles ce qu’elles sont sans les protestants, la France serait-elle ce qu’elle est sans cette histoire passionnée et sans cette source vive  ? Nous nous retrouvons dans un lieu symbolique de ce qu’est la République comme l’Hôtel de Ville de Paris, un lieu où résonneront des paroles (et même des chants) qui diront que la spiritualité a sa place dans le secret des cœurs tout autant qu’au cœur de la cité. La spiritualité de la Réforme prend sa source dans la parole du Christ. La Réforme ne commence donc pas en 1517. Si elle jaillit bien en ce XVIe siècle de feu et de lumière, si elle y apparaît publiquement pour mille raisons, elle était déjà présente avant, mais enfouie, comme en cachette mais toujours sourcée à la parole du Christ. Ce qui réapparaît avec la Réforme ne peut donc se réduire à un ensemble de mutations et de recompositions socioreligieuses, ni même à l’émergence de nouveaux modèles confessionnels, ni encore à la fin d’un monopole ecclésial, ni même à un modèle civilisationnel qu’on a qualifié tout récemment de néo-protestant. La Réforme porte et emporte avec elle toute cette dynamique civilisationnelle, construisant de nouveaux horizons et modelant l’Europe dans un esprit de délibération et de liberté, modelant même un certain esprit. Mais nous ne sommes plus au XVIe siècle et il n’y a jamais eu autant de protestants dans le monde  ! Alors ? Alors, il faut se rendre à l’évidence : le protestantisme est porté par un esprit non pas du temps passé, ni même de ce monde, mais il est porté par un souffle qui inspire les indignations d’aujourd’hui devant l’injustice faite aux plus pauvres et aux étrangers, ici-même et au loin, il est porté par un souffle qui motive les initiatives de demain, les initiatives solidaires, pédagogiques, fraternelles et inclusives. Le protestantisme, comme ce mot l’indique, mobilise à jamais ceux qui « contestent  », et qui sereinement « attestent » de leur foi, car, comme l’écrivait le pasteur Roland de Pury :
« L’Église est le maquis du monde en attendant le grand débarquement du Royaume ». L’enjeu de nos vies est au contraire de découvrir notre vérité dans la rencontre avec l’autre. Comme l’écrivait Lévinas : « Nous sommes voués au prochain ». Avant de le critiquer, de le juger, de le honnir, nous avons à l’honorer car il permet de découvrir autre chose que nous-mêmes. Le protestantisme, c’est cet hommage rendu à l’autre. Ce n’est jamais facile, mais telle est en quelque sorte notre carte d’identité. Le protestantisme est présent, à sa mesure, bien évidemment, et il entend que les acteurs et les responsables qui ont des pouvoirs prennent leurs responsabilités et tiennent la promesse républicaine. Monsieur le Président, je vous adresse mes messages de fraternité, dans le Christ vivant, afin que sa bénédiction donne souffle à la République. Et à vous tous, chers amis, qu’il vous souffle les mots à prononcer et les gestes à accomplir afin de rester fidèles à notre vocation de témoignage, de contestation et d’attestation, confiants dans notre avenir, selon la promesse de grâce qui nous tient ensemble dans la foi et dans les actes, dans les convictions et les engagements comme l’indique le titre de notre colloque. Ainsi que l’écrit Martin Luther : « Il est en effet impossible de séparer les œuvres de la foi : c’est tout aussi impossible que de séparer le feu qui brûle de sa lumière. »

François Clavairoly,
Président de la Fédération protestante de France.

À retrouver en intégralité sur
http://www.protestants2017.org/ 

Retrouvez nous sur Facebook

Abonnez vous

Je m'abonne
à nuance

Toute l'actualité des églises réformées évangéliques à partir de 30€ par an.

Contactez nous

Nuance Publications
74, rue Henri-Revoil
30900 Nîmes

Président et directeur de publication :
Paul-Aimé Landes
04 66 77 20 58